Bandeau
les révolutions de 1917 à 1921
La boucherie de la guerre de 14-18 accouche d’un monde qui se révolte.

La boucherie de la guerre de 14-18 accouche d’un monde qui se révolte.

Kronstadt
Emma Goldman 1921
logo imprimer

En février 1921, les ouvriers de plusieurs usines de Petrograd se mettent en grève. L’hiver est exceptionnellement dur et les habitants de la capitale souffrent intensément du froid, de la faim et de l’épuisement. Ils demandent une augmentation de leurs rations alimentaires, du carburant pour le chauffage et des vêtements. Les plaintes des grévistes, ignorées par les autorités, prennent alors un caractère politique. Ici et là s’exprimait également une demande d’Assemblée constituante et de liberté de commercer. La tentative de manifestation de rue des grévistes a été réprimée, le gouvernement ayant ordonné le retrait des Cadets (élèves militaires). Lisa Zorin, qui, de tous les communistes que j’ai rencontrés, est restée la plus proche du peuple, était présente lors de l’interruption de la manifestation. Une femme est devenue tellement furieuse de la brutalité des militaires qu’elle a attaqué Lisa. Cette dernière, fidèle à ses instincts prolétariens, a sauvé la femme de l’arrestation et l’a accompagnée chez elle. Elle y trouva les conditions les plus épouvantables. Dans une pièce sombre et humide vivait une famille d’ouvriers avec ses six enfants, à moitié nus dans le froid glacial. Par la suite, Lisa m’a dit "Je me sentais mal de penser que j’étais dans l’Astoria." Plus tard, elle a déménagé.

Lorsque les marins de Kronstadt ont appris ce qui se passait à Petrograd, ils ont exprimé leur solidarité avec les grévistes dans leurs revendications économiques et révolutionnaires, mais ont refusé de soutenir tout appel à l’Assemblée constituante. Le 1er mars, les marins ont organisé une réunion de masse à Cronstadt, à laquelle ont également participé le président du Comité exécutif central de toute la Russie, Kalinin (le président de la République de Russie), le commandant de la forteresse de Cronstadt, Kouzmine, et le président du Soviet de Cronstadt, Vassiliev. La réunion, qui s’est tenue au su du comité exécutif du Soviet de Cronstadt, a adopté une résolution approuvée par les marins, la garnison et l’assemblée des citoyens de 16 000 personnes. Kalinin, Kuzmin et Vassiliev se sont prononcés contre cette résolution, qui est ensuite devenue la base du conflit entre Kronstadt et le gouvernement. Ils ont exprimé la demande populaire pour que les Soviétiques soient élus par le libre choix du peuple. Il est utile de reproduire ce document dans son intégralité, afin que le lecteur puisse juger du véritable caractère des demandes de Kronstadt. La résolution se lisait ainsi :

Après avoir pris connaissance du rapport des représentants envoyés par l’Assemblée générale des équipages de navires à Petrograd pour enquêter sur la situation dans cette ville, il est décidé ceci :

- (1) Compte tenu du fait que les Soviets actuels n’expriment pas la volonté des ouvriers et des paysans, tenir immédiatement de nouvelles élections à bulletin secret, la campagne préélectorale doit avoir la pleine liberté d’agitation parmi les ouvriers et les paysans ;
- (2) Etablir la liberté d’expression et de presse pour les ouvriers et les paysans, pour les anarchistes et les partis socialistes de gauche ;
- (3) Assurer la liberté de réunion des syndicats et des organisations paysannes ;
- (4) Convoquer une conférence non partisane des ouvriers, des soldats de l’Armée rouge et des marins de Petrograd, de Cronstadt et de la province de Petrograd, au plus tard le 10 mars 1921 ;
- (5) Libérer tous les prisonniers politiques des partis socialistes, ainsi que tous les ouvriers, paysans, soldats et marins emprisonnés en relation avec les mouvements ouvriers et paysans ;
- (6) Élire une commission chargée d’examiner les cas des personnes détenues dans les prisons et les camps de concentration ;
- (7) Abolir tous les bureaux politiques parce qu’aucun parti ne doit bénéficier de privilèges spéciaux dans la propagation de ses idées ou recevoir le soutien financier du gouvernement à cette fin. Il faut plutôt créer des commissions éducatives et culturelles, élues localement et financées par le gouvernement.
- (8) Abolir immédiatement tous les bataillons spéciaux en charge de lutter contre les trafics et confisquant la nourriture
- (9) Égaliser les rations de tous ceux qui travaillent, à l’exception de ceux qui exercent des métiers préjudiciables à la santé ;
- (10) Abolir les détachements de combat communistes dans toutes les branches de l’armée, ainsi que les gardes communistes en service dans les moulins et les usines. Si de tels gardes ou détachements militaires s’avèrent nécessaires, ils doivent être nommés par la base de l’Armée, et dans les usines selon le jugement des travailleurs ;
- (11) Donner aux paysans une pleine liberté d’action sur leurs terres, ainsi que le droit de garder du bétail, à condition qu’ils s’en sortent avec leurs propres moyens, c’est-à-dire sans employer de main-d’œuvre salariée ;
- (12) Demander à toutes les branches de l’armée, ainsi qu’à nos camarades les Cadets, d’approuver nos résolutions ;
- (13) Exiger que la presse donne la plus grande publicité à nos résolutions ;
- (14) Nommer une commission de contrôle itinérante ;
- (15) Permettre la production libre des individus par leur propres moyens.

Le 4 mars, le Soviet de Petrograd devait se réunir et on pensait généralement que le sort de Cronstadt serait alors décidé. Trotsky devait s’adresser à l’assemblée, et comme je n’avais pas encore eu l’occasion de l’entendre en Russie, j’étais impatient d’y assister. Mon attitude dans l’affaire de Kronstadt était encore indécise. Je ne pouvais pas croire que les bolcheviks allaient délibérément inventé l’histoire du général Kozlovsky comme chef des marins. La réunion soviétique, je l’espérais, permettrait de clarifier la question.

Le palais de Tauride était bondé et un corps spécial de gardes entourait la plate-forme. L’atmosphère était très tendue. Tous attendaient Trotsky. Mais comme il n’était pas arrivé à 10 heures, Zinoviev a ouvert la réunion. Avant qu’il n’ait parlé quinze minutes, j’étais convaincu que lui-même ne croyait pas à l’histoire de Kozlovsky. "Bien sûr, Kozlovsky est vieux et ne peut rien faire", a-t-il dit, "mais les officiers blancs sont derrière lui et trompent les marins". Pourtant, pendant des jours, les journaux soviétiques ont annoncé que le général Kozlovsky était l’esprit qui avait animé le "soulèvement". Kalinin, que les marins avaient autorisé à quitter Kronstadt sans être molesté, s’était déchaînée comme un poissonnier. Il dénonça les marins comme contre-révolutionnaires et appela à leur soumission immédiate.

Plusieurs autres communistes lui emboîtèrent le pas. Lorsque la réunion fut ouverte à la discussion, un ouvrier de l’arsenal de Petrograd demanda à être entendu. Il parla avec une profonde émotion et, ignorant les interruptions constantes, il déclara sans crainte que les ouvriers avaient été poussés à la grève à cause de l’indifférence du gouvernement à leurs plaintes ; les marins de Cronstadt, loin d’être contre-révolutionnaires, étaient dévoués à la Révolution. Face à Zinoviev, il lui rappelle que les autorités bolcheviques agissent désormais à l’égard des ouvriers et des marins tout comme le gouvernement Kerensky a agi à l’égard des bolcheviques. "Alors vous avez été dénoncés comme contre-révolutionnaires et agents allemands", a-t-il dit ; "nous, les ouvriers et les marins, nous vous avons protégés et aidés à prendre le pouvoir. Maintenant, vous nous dénoncez et vous êtes prêts à nous attaquer par les armes. N’oubliez pas que vous jouez avec le feu".

Puis un marin a parlé. Il a évoqué le glorieux passé révolutionnaire de Cronstadt, a appelé les communistes à ne pas se livrer à des fratricides et a lu la résolution de Cronstadt pour prouver l’attitude pacifique des marins. Mais la voix de ces fils du peuple est tombée dans l’oreille d’un sourd.
Le Soviet de Petrograd, entraîné par la démagogie bolchevique adopta la résolution Zinoviev qui ordonne à Kronstadt de se rendre sous peine d’extermination.

Les marins de Kronstadt avaient été les premiers à servir la Révolution. Ils ont joué un rôle important dans la révolution de 1905 ; ils sont au premier rang en 1917. Sous le régime de Kerensky, ils ont proclamé la Commune de Cronstadt et se sont opposés à l’Assemblée constituante. Ils ont été l’avant-garde de la Révolution d’Octobre. Dans la grande lutte contre Ioudenitch, les marins ont offert la plus forte défense de Petrograd, et Trotsky les a loués comme étant "la fierté et la gloire de la Révolution". Cependant, ils avaient maintenant osé élever leur voix pour protester contre les nouveaux dirigeants de la Russie. C’était de la haute trahison du point de vue bolchevique. Les marins de Kronstadt étaient condamnés.
 
Petrograd était excité par la décision des Soviéts ; certains communistes même, surtout ceux de la section française, étaient remplis d’indignation. Mais aucun d’entre eux n’a eu le courage de protester, même dans les cercles du Parti, contre le massacre proposé. Dès que la résolution du Soviet pétersbourgeois fut connue, un groupe d’hommes de lettres connus de Petrograd se réunit pour discuter de la possibilité de faire quelque chose pour empêcher le crime prévu. Quelqu’un a suggéré que Gorki soit approché pour diriger un comité de protestation auprès des autorités soviétiques. On espérait qu’il suivrait l’exemple de son illustre compatriote Tolstoï qui, dans sa célèbre lettre au tsar, avait élevé la voix contre le terrible massacre des travailleurs.

Aujourd’hui, une telle voix est également nécessaire, et Gorki est considéré comme l’homme qu’il faut pour appeler les tsars actuels à se rapprocher. Mais la plupart des personnes présentes à la réunion mirent en doute cette idée. Gorki était un bolchevique, disaient-ils, il ne ferait rien. À plusieurs reprises, il avait déjà été sollicité, mais il avait refusé d’intervenir. La conférence n’a donné aucun résultat. Pourtant, certaines personnes à Petrograd ne pouvaient pas garder le silence. Ils envoyèrent la lettre suivante au Soviet de la Défense :
 

 AU SOVIET PÉTROGRAD DU TRAVAIL ET DE LA DÉFENSE, LE PRÉSIDENT ZINOVIEV :
Petrograd, 5 Mars 1921

Garder le silence maintenant est impossible, voire criminel. Les événements récents nous poussent, nous les anarchistes, à nous exprimer et à déclarer notre attitude dans la situation actuelle.

L’esprit de ferment et de mécontentement qui se manifeste parmi les travailleurs et les marins est le résultat de causes qui exigent notre attention sérieuse. Le froid et la faim ont engendré le mécontentement, et l’absence de toute possibilité de discussion et de critique oblige les travailleurs et les marins à exprimer leurs griefs au grand jour.

Les bandes de la Garde blanche souhaitent et peuvent essayer d’exploiter cette insatisfaction dans l’intérêt de leur propre classe. Se cachant derrière les travailleurs et les marins, ils lancent des slogans de l’Assemblée constituante, de liberté de commerce et d’autres revendications similaires.

Nous, les anarchistes, avons depuis longtemps exposé la fiction de ces slogans, et nous déclarons au monde entier que nous lutterons par les armes contre toute tentative contre-révolutionnaire, en coopération avec tous les amis de la révolution sociale et main dans la main avec les bolcheviques.

En ce qui concerne le conflit entre le gouvernement soviétique et les travailleurs et les marins, nous estimons qu’il doit être réglé non pas par la force des armes mais par un accord révolutionnaire fraternel. Le recours au sang versé par le gouvernement soviétique n’aura pas pour effet, dans une situation donnée, d’intimider ou de calmer les travailleurs. Au contraire, il ne servira qu’à aggraver les choses et renforcera les bandes de l’Entente et de la contre-révolution interne.

Plus important encore, l’usage de la force par le gouvernement ouvrier et paysan contre les ouvriers et les marins aura un effet réactionnaire sur le mouvement révolutionnaire international et entraînera partout un préjudice incalculable pour la révolution sociale.

Camarades bolcheviques, réfléchissez avant qu’il ne soit trop tard. Ne jouez pas avec le feu : vous êtes sur le point de faire un pas des plus sérieux et des plus décisifs.

ALEXANDER BERKMAN, EMMA GOLDMAN, PERKUS, PETROVSKY.

Mais cette protestation a été ignorée.

Le 7 mars, Trotsky commença le bombardement de Cronstadt, et le 17, la forteresse et la ville furent prises, après de nombreux assauts impliquant de terribles sacrifices humains. C’est ainsi que Cronstadt fut "liquidée" et que le "complot contre-révolutionnaire" s’éteignit dans le sang. La "conquête" de la ville fut caractérisée par une sauvagerie impitoyable, bien que pas un seul des communistes arrêtés par les marins de Cronstadt n’ait été blessé ou tué par eux. Avant même l’assaut de la forteresse, les bolcheviques ont sommairement exécuté de nombreux soldats de l’Armée rouge dont l’esprit révolutionnaire et la solidarité les ont amenés à refuser de participer au bain de sang.

Quelques jours après la "glorieuse victoire" sur Cronstadt, Lénine a déclaré lors du dixième congrès du Parti communiste de Russie "Les marins ne voulaient pas des "contre-révolutionnaires", mais ils ne voulaient pas de nous non plus." Et - ironie du bolchevisme - lors de ce même congrès, Lénine a préconisé la libéralisation du commerce, une mesure plus réactionnaire que toutes celles dont les marins de Kronstadt ont été accusés.

Entre le 1er et le 17 mars, plusieurs régiments de la garnison de Petrograd et tous les marins du port furent désarmés et envoyés en Ukraine et dans le Caucase. Les bolcheviks craignent de leur faire confiance dans la situation de Kronstadt : au premier moment psychologique, ils pourraient faire cause commune avec Kronstadt. En fait, de nombreux soldats rouges de la Krasnaya Gorka et des garnisons environnantes ont également sympathisé avec Kronstadt et ont été contraints, à la pointe des fusils, d’attaquer les marins.

Le 17 mars, le gouvernement communiste a achevé sa "victoire" sur le prolétariat de Cronstadt et le 18 mars, il a commémoré les martyrs de la Commune de Paris. Il était évident pour tous ceux qui étaient des témoins muets de l’outrage commis par les bolcheviks que le crime contre Cronstadt était bien plus énorme que le massacre des communards en 1871, car il avait été commis au nom de la révolution sociale, au nom de la République socialiste.

L’histoire ne sera pas trompée. Dans les annales de la Révolution russe, les noms de Trotsky, Zinoviev et Dibenko seront ajoutés à ceux de Thiers et Gallifet.

Dix-sept jours terribles, plus terribles que tout ce que j’avais connu en Russie. Des jours angoissants, à cause de mon impuissance totale face aux terribles événements qui se sont déroulés sous mes yeux. C’est à ce moment-là que j’ai rendu visite à un ami qui avait été malade dans un hôpital pendant des mois. Je l’ai trouvé très affligé. Nombre des blessés de l’attaque de Cronstadt avaient été amenés dans le même hôpital, principalement des gardes rouges. J’ai eu l’occasion de parler à l’un d’entre eux. Sa souffrance physique, disait-il, n’était rien en comparaison de son agonie mentale. Trop tard, il avait réalisé qu’il avait été dupé par le cri de la "contre-révolution". Il n’y avait pas de généraux tsaristes à Cronstadt, pas de gardes blancs - il ne trouvait que ses propres camarades, marins et soldats qui avaient héroïquement combattu pour la Révolution.

Les rations des patients ordinaires dans les hôpitaux étaient loin d’être satisfaisantes, mais les Cadets blessés recevaient le meilleur de tout, et un comité restreint de membres communistes était chargé de veiller à leur confort. Certains de ces Cadets, dont l’homme à qui j’avais parlé, refusaient d’accepter les privilèges spéciaux. "Ils veulent nous payer pour le meurtre, ont-ils dit. Craignant que toute l’institution ne soit influencée par ces victimes éveillées, la direction a ordonné qu’elles soient transférées dans un service séparé, le "service communiste", comme l’appelaient les patients.

Kronstadt a brisé le dernier fil qui me reliait aux bolcheviques. Le massacre gratuit dont ils avaient été les instigateurs était plus éloquent à leur égard qu’à tout autre chose. Quelles que soient leurs prétentions dans le passé, les bolcheviks se sont révélés être les ennemis les plus pernicieux de la Révolution. Je ne pouvais plus rien avoir à faire avec eux,

Origine, texte anglais
https://www.marxists.org/reference/archive/goldman/works/1920s/disillusionment/ch27.htm




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.14