Bandeau
les révolutions de 1917 à 1921
La boucherie de la guerre de 14-18 accouche d’un monde qui se révolte.

La boucherie de la guerre de 14-18 accouche d’un monde qui se révolte.

À la population de la forteresse de la ville de Kronstadt
Izvestia N° 1 - Jeudi 3 mars 1921
logo imprimer

Camarades et Citoyens !

Notre pays traverse une période difficile. La faim, le froid, la ruine économique nous serrent dans leurs mâchoires de fer depuis trois ans déjà. Le parti communiste au pouvoir s’est coupé des masses et s’est avéré impuissant à sortir le pays de cette situation de chaos général. Le parti n’a tenu aucun compte des troubles qui ont éclaté ces derniers temps à Petrograd et à Moscou et démontré avec suffisamment de clarté qu’il avait perdu la confiance des masses ouvrières. De même il n’a tenu aucun compte des exigences qu’elles ont formulées. Il les considère comme des menées contre-révolutionnaires. Il se trompe lourdement.

Ces troubles, ces exigences sont la voix de tout le peuple, de tous les travailleurs. Tous les ouvriers, les marins et les soldats rouges voient clairement aujourd’hui que seuls des efforts menés en commun, que seule leur volonté commune peuvent donner au pays son pain, son bois, son charbon, vêtir ceux qui n’ont ni chaussures, ni vêtements et sortir la République de l’impasse. Cette volonté de tous les travailleurs, soldats rouges et marins s’est fermement exprimée, le mardi 1er mars, au meeting de la garnison de notre ville, où la résolution des 1er et 2e équipages a été adoptée à l’unanimité. Parmi les décisions prises figure la réélection immédiate du Soviet : pour organiser ces élections sur des bases plus justes, et surtout pour que le Soviet soit véritablement représentatif des travailleurs, pour que le Soviet soit un organe actif et énergique.

Le 2 mars, à 1a Maison de l’Instruction, se sont réunis les délégués de toutes les organisations de marins, soldats rouges et ouvriers. Cette assemblée s’est proposé d’élaborer la base de nouvelles élections, pour ensuite œuvrer pacifiquement à la réorganisation du système des Soviets. Mais on peut craindre à juste titre des actes de répression ; et après avoir entendu les discours menaçants du pouvoir, l’assemblée a décidé de former un Comité Révolutionnaire Provisoire auquel sont donnés pleins pouvoirs pour diriger la ville et la forteresse.

Le Comité Révolutionnaire Provisoire s’est installé à bord du navire de ligne Petropavlosk.

Camarades et citoyens ! Le Comité Provisoire tient à ce qu’aucune goutte de sang ne soit versée. Il a pris des mesures extraordinaires pour que l’ordre révolutionnaire soit maintenu dans la ville, la forteresse et les forts.

Camarades et citoyens ! Ne cessez pas le travail ! Ouvriers, restez à vos machines, marins et soldats rouges, restez dans vos unités et dans vos forts. Chaque ouvrier, chaque institution soviétique doit poursuivre son travail. Le Comité Révolutionnaire Provisoire appelle toutes les organisations ouvrières, les syndicats professionnels et de marins, les unités de marins et de soldats, et les citoyens indépendants à lui apporter tout leur soutien et toute leur aide. La tâche du Comité Révolutionnaire Provisoire est de créer par des efforts communs et solidaires les conditions nécessaires à une élection juste et équitable du nouveau Soviet.

Ainsi donc, camarades, en avant vers l’ordre, la paix, la fermeté, et vers un nouveau régime socialiste honnête, pour le bien de tous les travailleurs !

Kronstadt, le 2 mars 1921
Navire de ligne Petropavlosk

Le Président du Comité Révolutionnaire Provisoire : Petritchenko

Le Secrétaire : Toukine




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.14