Bandeau
les révolutions de 1917 à 1921
La boucherie de la guerre de 14-18 accouche d’un monde qui se révolte.

La boucherie de la guerre de 14-18 accouche d’un monde qui se révolte.

Réorganisation des syndicats - S. Fokine
Izvestia N° 7 - Mercredi 9 mars 1921
logo imprimer

Sous la dictature des communistes, les problèmes des syndicats, et en particulier de leur direction, ont été réduits au minimum.

En trois ans de mouvement syndical révolutionnaire en Russie Socialiste, nos syndicats n’ont absolument pas eu la possibilité d’être de pures organisations de classe. Ce n’est pas de leur faute : mais par l’action de la politique du parti au pouvoir, qui aspire à une éducation "communiste" centralisatrice des masses. C’est pourquoi le travail des syndicats aboutissait travail parfaitement inutile — à recopier des informations sur le nombre de membres de telle ou telle union industrielle, la spécialité, le parti de chaque adhérent, etc.

En ce qui concerne par contre l’édification administrative et coopérative de la République et le développement culturel des ouvriers dans les syndicats, rien n’a été entrepris. Et cela se comprend, car si l’on avait donné aux syndicats une vaste liberté d’action, tout l’édifice centralisateur des communistes se serait fatalement écroulé, et du même coup, l’utilité des commissaires et des sections communistes.

C’est tout cela, sans aucun doute, qui a détourné les masses ouvrières des syndicats métamorphosés en noyaux policiers aux mains des communistes, ayant pour but de paralyser les classes laborieuses.

Avec le renversement de la dictature du P.C.R., par contre, le rôle des syndicats doit changer radicalement. C’est pourquoi les syndicats réorganisés et leurs émanations dans le mouvement professionnel doivent accomplir les grands objectifs du combat pour l’éducation des masses dans le cadre de l’édification culturelle et administrative du pays. Ils doivent insuffler à leurs activités un renouvellement vivifiant et créateur, et se faire les interprètes des intérêts du peuple.

C’est seulement quand sa direction appartiendra aux classes laborieuses par le truchement de syndicats rénovés que la République Soviétique Socialiste sera forte.

Au travail donc, camarades ouvriers ! Créons de nouveaux syndicats, libres de toute contrainte : là réside notre force.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.14